Réduction mammaire
(correction de l’hypertrophie mammaire)

Principe

L’hypertrophie mammaire est définie par un volume des seins trop important, notamment par rapport à la morphologie de la patiente. Cette augmentation de volume entraîne généralement un affaissement des seins (ptose mammaire) presque toujours associé et parfois un certain degré d’asymétrie.

De plus cette surcharge pondérale implique presque toujours un retentissement physique et fonctionnel (douleurs au niveau de la nuque, des épaules et du dos, gêne pour la pratique des sports, difficultés vestimentaires). Il existe aussi fréquemment un retentissement psychologique pour les patientes.

La réduction mammaire a pour but la réduction du volume des seins, la correction de la ptose et d’une éventuelle asymétrie, afin d’obtenir une poitrine harmonieuse par rapport à la morphologie de la patiente.

Avant l’intervention

Avant l’intervention, outre les examens pré-opératoires habituels, un bilan radiologique du sein est prescrit (mammographie, échographie). L’arrêt du tabac est vivement recommandé, au moins un mois avant et un mois après l’intervention, le tabac pouvant être à l’origine d’un retard de cicatrisation. Toute l’information concernant les avantages, risques et suites de la procédure envisagée vous seront exposés de manière à pouvoir prendre votre décision en toute connaissance de cause.

Intervention

La réduction mammaire est l’intervention chirurgicale qui permet de réduire une hypertrophie mammaire. La poitrine est également remontée par l’intervention.

Cette intervention laisse des cicatrices dont la longueur dépend de l’importance de l’hypertrophie et du degré de la ptose.

Le plus souvent ces cicatrices ont la forme d’un T inversé avec trois composantes:

  • péri-aréolaire au pourtour de l’aréole entre la peau brune et la peau blanche,
  • verticale, entre le pôle inférieur de l’aréole et le sillon sous-mammaire
  • horizontale, dissimulée dans le sillon sous-mammaire.

Dans le cas d’hypertrophie et ptose modérées, on peut réaliser une technique avec une cicatrice dite « verticale » qui diminue la rançon cicatricielle avec uniquement une cicatrice péri-aréolaire et une verticale.

L’intervention peut se faire en ambulatoire ou avec une hospitalisation de 24 heures.

Durée de l’intervention: en moyenne 2 heures

Anesthésie: anesthésie générale

Complications possibles

  • Une infection nécessitant un traitement antibiotique et parfois un drainage ou la survenue d’un hématome nécessitant éventuellement une reprise chirurgicale sont des complications très rares.
  • Une diminution de la sensibilité, notamment au niveau mamelonnaire peut survenir, mais la sensibilité normale réapparaît le plus souvent dans un délai de 6 à 18 mois.
  • Un retard de cicatrisation, une souffrance d’une zone de la peau (le risque en est accru en cas de tabagisme).
  • Cicatrices larges, chéloïdes

Période post-opératoire

Le pansement en retiré au bout de 48 heures et le port du soutien-gorge est conseillé jour et nuit pendant un mois. La poitrine a alors un galbe harmonieux et naturel. Les cicatrices l’objet de soins spécifiques et personnalisés afin d’être les plus discrètes possibles. La reprise d’une activité sportive n’est autorisée qu’à partir de la 6e semaine postopératoire. Les suites opératoires sont simples, cette intervention est en effet peu ou pas douloureuse.

Résultat

Le résultat est définitif après une année. La poitrine présente un galbe naturel et harmonieux. Le sein opéré est un sein qui reste sensible, notamment aux variations hormonales et pondérales.

Cette intervention présente également des effets bénéfiques sur l’équilibre du poids, la pratique des sports et les possibilités vestimentaires.